«Les oiseaux me terrifient, j’en ai une peur monstre.

Cette peur s’est accentuée lorsque je vu par hasard Les Oiseaux d’Hichtcok.

Un passage m’a particulièrement marqué: lorsque les oiseaux crèvent les yeux d’un personnage du film.

Je découvrais le film en même temps que mon petit frère et dans la surprise

j’ai eu à peine le temps de lui cacher les yeux pour qu’il ne puisse pas voir la scène.

Le film a accru mon angoisse.

À présent, j’en fais encore des cauchemars.

De cette peur en revanche, j’ai tiré une fascination étrange.

Si je croise sur mon chemin un oiseau mort au sol, je m’arrête aussitôt.

Je photographie instantanément l’objet de mes affres.

Je collectionne ces clichés. L’animal mort ne me fera plus rien,

je le tue une seconde fois. «Le petit oiseau va sortir…»

Extrait de TOUT CRACHE